L'établi
"Carré"

Plateau en chêne massif de 12 cm d’épaisseur

Tout le chêne utilisé est issu du même arbre; taillé dans trois planches débitées dans le quartier et le faux quartier. Il nous a fallu 3 planches de chêne de 4,5 m de long, par 60 cm de large et environ 5 cm d’épaisseur.

Pour le noyer, nous avons eu la chance de débiter notre presse frontale, notre poutre support de la presse de bout, ainsi que les assises de nos trois petits sièges, dans un plot de noyer, de 2 m de long, 50 cm de large et 16 cm d’épaisseur.

C’était une magnifique pièce de bois, qui a séché environ un siècle dans un grenier d’où nous l’avons extrait il y a quelques mois.

le making-off du chantier

Un seul et même arbre pour l’ensemble de l’établi; on assure ainsi la cohérence des teintes de l’ensemble une fois fini.

Les plots de noyer dont nous disposons, sont rares et exceptionnels. Travailler ce bois plus que centenaire, est un privilège de tous les instants.

Le reste est simple, tout tient à la qualité du bois. Pré-débiter, dégauchir, raboter, tenonner, toupiller, assembler …

Lame de scie circulaire 

Arbre de dégauchisseuse raboteuse

Bédane carré de la mortaiseuse

Chariot de la scie à format

Assemblages par tenons et mortaises.

Utilisation de clavettes en chêne.

Clavettes en places, prêtes à être coupées.

Assemblage des pieds

Les tenons traversants sont bloqués à l’aide de coins en ébène.

Mise en place du « plancher »

Petit plancher fabrication maison, rainure, languette, pas de colle: le bois va pouvoir respirer.

Presse frontale en noyer, et chariot coulissant sur rail en chêne, avec taquets de support de planches en noyer.

« La presse de bout », et son chariot coulissant, avec un gros plan sur les très fines queues d’aronde (4 mm au minimum).

Disques à tenonner et outils de feuillure

Guide de coupe parallèle de la scie circulaire

Fausse équerre d’angles

Les serres joints

Détail du pantographe et du volant de la presse frontale.

Détail de finition du pied de façade; la partie arrière du pied et verrouillée par des coins en ébène, qui bloquent le tenon traversant de 12 cm de hauteur.

les petites assises mobiles, sont très pratiques pour accueillir les amis, à l’heure où ce n’est plus celle de travailler…

L'établi "Carré"
Etabli "Style Roubo"

C’est une vingtaine d’années avant la révolution française de 1789, qu’André Jacob ROUBO, décrivit pour la première fois dans son livre référence « L’art de la menuiserie », ce qu’il nomme « le premier et le plus nécessaire des outils de menuiserie », l’établi. A cette époque, quelqu’un planta un chêne sur un talus du marais poitevin, et probablement à la même période, un noyer. Ce sont ces deux arbres qui nous ont permis de réaliser cet établi de plus de 200 kg, deux siècles plus tard, en adaptant sa forme (140 x 140 cm) à la place dont nous disposions. Lourd, massif, équipé d’une « presse de pied » frontale, et d’une « presse de bout »; il nous sert quotidiennenemt pour le travail au ciseau à bois, ainsi qu’au rabot.

hauteur : 90 cm
largeur : 140 cm
profondeur : 140 cm

 

Tarif adapté à vos dimensions sur simple demande

NOS GARANTIES

Les planches dont on parle, sont issues d’arbres qui ont grandi à une époque (de 1750 à 1970) où le niveau de pollution dans l’air ambiant était très différent de celui d’aujourd’hui.

Comme un arbre ne fait qu’échanger avec l’air ambiant, nul doute que toutes ces planches, issues de cette atmosphère disparue, peuvent sembler d’un autre temps.

Ce stock est constitué d’arbres naturels, jamais traités, ainsi ces planches sont le témoignage d’une époque passée.

Voir aussi…

Nous utilisons des cookies pour nous permettre de mieux comprendre comment le site est utilisé. En continuant à utiliser ce site, vous acceptez cette politique.